CYBERMONDAY : -25% de réduction sur nos Kalimbas !

Moderne et élégante, notre collection Zéphir offre une génération de kalimbas inédite.

Adorée par un très large public, notre collection Millénium fait l'unanimité par sa sobriété et sa finesse.

Évadez-vous dans un voyage hypnotique avec notre gamme de Tongue Drums aux sonorités planantes.

Hallelujah | Partition Kalimba

Partition Kalimba Hallelujah

"Hallelujah" a été composé à l'origine par le chanteur/compositeur Leonard Cohen et publié en 1984. Il s'agit d'un musicien canadien connu pour ses chansons richement structurées, pleines d'âme et poétiques, qui explorent les profondeurs du désespoir, de l'amour brisé et de la politique, et qui sont souvent empreintes d'une imagerie religieuse tirée de ses origines juives. "Hallelujah" est sorti sur l'album Various Positions.

Aujourd'hui, c'est l'une des chansons les plus reprises de tous les temps. Elle a été adaptée, réinterprétée et réécrite d'innombrables fois. Grâce à son évolution et à sa réinterprétation constante, la signification et l'importance d'"Hallelujah" ont gagné encore plus de substance.

Découvrez la partition Hallelujah pour kalimba 17 lames :

Partition Kalimba Hallelujah

Voici un cover au kalimba de Hallelujah :

Signification de la chanson 

Hallelujah Leonard Cohen

En hébreu, le mot "hallelujah" signifie "se réjouir en louant Dieu". Cependant, les nombreuses références bibliques et les symboles religieux dans la chanson de Cohen ne mènent pas à des sommets spirituels, mais à la laïcité de Cohen. C'est une complainte amère sur l'amour et la perte. Cohen, adepte des écritures, exploite simplement la condition humaine décrite dans la bible afin de fournir des conseils aux cœurs brisés.

Grâce à l'imagerie de Cohen, y compris les références à certaines des femmes les plus célèbres de la Bible, nous découvrons que le mot "Hallelujah" peut signifier beaucoup plus que son simple contexte religieux. "Hallelujah" est un refrain digne des moments de célébration, de deuil, de regret, de catharsis et de réconciliation. La chanson de Cohen raconte l'histoire d'un amour brisé, d'un amour vrai dont on se souvient et qu'on pleure, de la culpabilité, de la pénitence et de la recherche de la paix dans les vicissitudes de la rupture.

Un ovni musical

Leonard Cohen Hallelujah

Cohen a toujours été ambigu sur ce que son "Hallelujah" signifiait vraiment. "Ce monde est plein de conflits et plein de choses qui ne peuvent pas être réconciliées", a déclaré Cohen. "Mais il y a des moments où nous pouvons... nous réconcilier et embrasser tout le désordre, et c'est ce que je veux dire par 'Hallelujah'."

Selon le producteur John Lissauer, l'enregistrement original dramatique et lourd en synthé de "Hallelujah" allait "être la percée" sur l'album Various Positions. "'Hallelujah' vous saute aux yeux", a dit Lissauer. Mais lorsque l'enregistrement est parvenu à Walter Yetnikoff, le président de CBS Records, celui-ci est resté perplexe : "Il a dit : 'Qu'est-ce que c'est ? Ce n'est pas de la musique pop. Nous ne l'éditerons pas. C'est un désastre."

Ainsi, "Hallelujah" n'a même pas été entendu aux États-Unis avant que Various Positions ne soit publié par un autre label. Et même là, elle n'a pas réussi à faire une impression à la radio ou dans les charts, où Cohen, âgé de 50 ans, était en concurrence avec des artistes comme Michael Jackson et Madonna.

La reprise de Jeff Buckley

Jeff Buckley Hallelujah

Au début de sa carrière, Jeff Buckley a commencé à jouer "Hallelujah" de Cohen et sa disposition musicale unique a transformé ce chef-d'œuvre sous-estimé en une sorte de légende. Les enregistrements de ses premières performances live révèlent un traitement de la chanson qui est indéniablement à la fois obsédant et magnifique. Il finira par l'enregistrer sur son premier album, "Grace".

Malheureusement, Buckley est décédé juste avant la sortie de son deuxième album, coupant court à une carrière qui venait à peine de commencer.

Buckley a été reconnu à titre posthume comme un génie musical et sa reprise de Hallelujah de Cohen a rapidement été considérée comme un classique. En 2004, le magasine musical Rolling Stone a déclaré que la reprise de Buckley était l'une des plus grandes chansons jamais enregistrées. À ce jour, sa version est considérée comme définitive et a servi d'inspiration à d'innombrables autres reprises.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Rechercher